Mon fils commence à marcher à quatre pattes.
Marcher c’est un bien grand mot, disons qu’il se tracte à la force des avant-bras et en tortillant tout le bas du corps. Ce qui lui vaut le surnom de GI Jojo (car son prénom commence par « Jo » et nous adorons les jeux de mots nuls). Et bon bref à parcourir ventre à terre – littéralement –  le salon, notre rampeur se transforme rapidement en Swiffer, ce qui ne me plaît pas vraiment.
Alors je mets les bouchées doubles pour traquer la poussière.

L’iRobot qui aspire tout seul comme un grand

J’ai toujours le Rumba iRobot et j’en suis toujours aussi satisfaite.
Ca déblaie bien bien le terrain pendant qu’on fait autre chose. Et avantage non négligeable, il passe sous la plupart de nos meubles.
Pas d’effort, pas de temps de perdu, autant de bonnes raisons pour le lancer plus que pas assez.

Un Dyson

Pour les zones les moins accessibles, pour les écarts entre les lattes de notre parquet vintage, pour les pièces qui nécessitent une aspiration méticuleuse, on a conservé un aspirateur traditionnel… devenu toutefois vétuste, avec une puissance d’aspiration discutable.
En fin d’année dernière, on a profité d’une vente flash d’un Dyson sur Boulanger ou Darty je ne sais plus, avec un prix réduit de 40%. Nous sommes donc les très heureux propriétaires d’un DC48 Animalpro.
Je ne pensais pas un jour m’extasier devant les prouesses d’un aspirateur mais il faut reconnaître que je suis fan (cela dit l’homme de la maison aussi, alors ça équilibre). L’aspirateur est compact mais a une capacité tout à fait suffisante pour aspirer l’intégralité des sols l’appart (et nous n’atteignons jamais le niveau maximum de poussière), il ne fait pas un bruit trop assourdissant, sa brosse et son aspiration me stupéfient : mon grand jeu au début était d’approcher le balai d’une miette et de constater qu’elle était aspirée avant même que le balai ne soit passé dessus, comme aimantée. J’ai honte, j’ai honte, mais ça me sidérait. Et ça me sidère encore.

L’aspirateur à main

Pour le coup on n’est pas au niveau du ramasse-miette mais quand même ça fait grand-mère. Grand-mère maniaque même. Mais qu’est-ce que c’est pratique !
Ma fille commence à manger seule et au pied de sa chaise on retrouve tous les indices nécessaires à la reconstitution du repas. Et je n’ai pas envie de sortir le Dyson 50 fois par jour pour aspirer, qui plus est, une surface de 40 cm². D’autre part, pour l’inciter à grignoter des aliments solides (car nous suivons toujours le protocole de désensibilisation pour enrayer son syndrome de dysoralité sensorielle), je laisse traîner volontairement des petits biscuits sur la table basse, l’air de rien. Force est de constater que ça marche, une petite souris passe régulièrement croquer un bout de gâteau, mais elle en sème aussi sur son passage.
Et là le petit aspirateur à main – un Dustbuster de Black & Decker chez nous – a toute son utilité (et puis il me donne immanquablement envie de chanter « Who you gonna call ? Ghostbusters »)

La brosse à vêtement

Pour les poussières ou particules fines plus compliquées à déloger (grilles de protection des baffles, feutres anti-bruits collés sous les pieds de chaise, revêtements en tissus, incident de Nesquik qui tombe sur le canapé), la brosse auto-collante fait des miracles. J’en prends chez Ikea avec des recharges, en masse pour ne jamais être à court.

A propos de l'auteur

Trentenaire pour quelques petites années encore, lyonnaise d'adoption, maman de deux enfants, en quête perpétuelle de bons plans pour se simplifier la vie !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

*