L’épisode de la pissade intempestive passé, je suis désormais confrontée à un nouveau problème, celui du bébé qui se tortille comme un fou au moment de lui changer la couche.

L’époque où mon fils restait bien sagement couché sur le dos pendant que je le changeais est définitivement révolue. Se retourner sur le ventre est devenu sa nouvelle passion. Avec 58 tentatives au bas mot par changement de couche.
Et si ce n’était que cela… Attraper tout ce qui entoure le matelas à langer est son nouveau défi. Lingettes, lotion, liniment, paquet de coton, mouchoirs : absolument tout le tente. Obligée donc de plaquer au maximum tous les produits contre le rebord de la table à langer, pour qu’aucune petite main cleptomane ne vienne se servir.

Le portique

On avait acheté pour ma fille un portique Ikéa, elle jouait avec de manière traditionnelle, par terre ; son frère a pris la relève.
Et puis, donc, mon fils s’est transformé en anguille sur son matelas à langer : pour l’inciter à rester en position allongée sur le dos, on a décidé de l’occuper avec le fameux portique.
Il faut dire qu’on a une table à langer avec deux avantages majeurs :
– elle est vaste : 80 cm x 84 cm
– elle est encadrée de rebords de 9 cm de haut
Le portique quant à lui a le mérite d’être assez peu encombrant (55 cm de large, 40 cm de profondeur et 43 cm de hauteur).
Le portique a donc toute la place nécessaire pour être installé et bien stabilisé sur notre table à langer, et les rebords l’empêchent de glisser dans le vide ; il ne menace jamais de tomber ou de se déséquilibrer lorsque mon fils joue avec pendant que je le change. Et quoiqu’il en soit, je respecte à la lettre les recommandations de ne jamais m’éloigner de la table à langer lorsque mon fils est dessus, on n’est jamais trop prudent.

Les bracelets et les chaussettes de jeu

Car nous avons dans la salle de bain une seconde table à langer, mais celle-ci est trop petite pour qu’on puisse se servir du portique en toute sécurité.
Qu’à cela ne tienne, je donne à mon fils des jouets de bains pour qu’il s’occupe. Mais, dans sa vision des choses, c’est bien plus marrant de les jeter par-dessus bord. Une fois encore, hors de question de le lâcher quand il est sur la table à langer, si bien qu’au bout de 5 minutes, tous les jouets sont à mes pieds, et mon amour de garçon se retrouve sans distraction, avec pour seul objectif de faire des vrilles et autres figures de hip hop. Et pour couronner le tout, Monsieur fait de l’eczéma : dès qu’il est dévêtu, il en profite pour se labourer allègrement le corps. J’ai beau faire vite, passer la crème et l’habiller tout en tenant à distance ses petites mains, c’est sportif.
Je prends donc avec moi les hochets pour poignets et pieds de la marque Lamaze. Deux papillons et deux coccinelles, des jolies couleurs, des grelots et des ailes qui bruissent. Aux poignets les bracelets à scratch, aux pieds, les chaussettes de ménestrel avec les insectes cousus au bout.
Et là, je peux faire tous les soins nécessaires avec une paix royale. J’ai une préférence pour les bracelets. Mon fils regarde fixement ses poignets en mode « quelle heure est-il ? » sans toutefois trouver de réponse, si j’en crois le long moment qu’il passe à observer ses nouveaux accessoires. Puis il secoue vaguement les bras pour se débarrasser de ces insectes, sans toutefois y parvenir : il fait donc plusieurs tentatives. Puis il s’évertue pendant quelques minutes à leur faire faire du bruit, en les pinçant sans ménagement. Les bracelets restent bien en place et focalisent son attention, c’est impeccable.

A propos de l'auteur

Trentenaire pour quelques petites années encore, lyonnaise d'adoption, maman de deux enfants, en quête perpétuelle de bons plans pour se simplifier la vie !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.