Ca faisait bien 4 mois qu’on avait envie de s’acheter une tête de cerf en carton.
Rien de tel dans les magasins environnants, rien de très accessible en achat en ligne : 45 € au bas mot – frais de port inclus – pour un joli trophée certes, mais un trophée en carton tout de même… On s’est dit qu’on attendrait la bonne occasion. Bonne occasion qui a failli se présenter lors d’un séjour à Barcelone, dans une boutique déco du Raval : un trophée absolument parfait pour moins de 30€, à ceci près qu’il ne rentrait pas dans nos bagages-cabine (… on a tellement pris le pli de voyager léger qu’on ne connaît plus les bagages en soute). Grosse déception.
Nouvelle phase de prospection active sur le web, et de fil en aiguille, je suis tombée sur des tutoriels pour faire soi-même sa tête de cerf. C’est vrai que je n’y avais pas pensé. Il faut dire qu’on n’est pas très très dégourdis, qu’on n’est donc pas très outillés et qu’en plus, chez nous, le bricolage figure en 2ème position dans les causes potentielles de mauvaise ambiance.
Un premier modèle nous a incités à retrousser nos manches ; nous avons finalement opté pour une seconde version de ce modèle, personnalisé par Ouiouioui studio, dont le gabarit revu et corrigé est proposé en téléchargement. Les bois et les oreilles de cette version rendaient, selon nous, la bestiole plus majestueuse.
Et on s’est lancés, profitant de l’absence des enfants pour étaler sur la table cutters et autres ciseaux.

Matériel

Nous partions de zéro. Question fournitures, nous avons donc tout acheté :

  • Chez Déménager Seul : deux cartons standard, mais en définitive, un seul nous a suffi. Je voulais des cartons neufs, d’une part parce que je suis une chochotte et que la perspective d’un carton ayant traîné n’importe où ne me réjouissait pas trop, d’autre part parce que je voulais qu’il soit en bon état ; 1,80€ le carton en boutique.
  • Chez Le Géant des Beaux Arts :
    • un tapis de découpe XXL (pour pouvoir bosser à deux) : 11,95€
    • un cutter : 0,75€
    • 10 lames de rechange : 1€
    • un couteau de précision : 1,10€
    • 5 lames de rechange : 1,40€
      On ne s’est pas du tout servi des lames de rechange.

Soit un total de 20€

Découpage

On ne va pas se mentir, ça nous a pris du temps. Je dirais 3 heures à deux.
Le temps d’imprimer les gabarits (et de jouer avec les paramètres de l’imprimante avant de sortir la bonne taille), de reconstituer les pièces et de les découper, on avait déjà grillé 1/3 du timing.
Puis nous avons procédé à la découpe du carton. Les grosses pièces pour moi, les pièces pleines de fioritures pour monsieur (je n’ai pas sa patience…). Gros cutter pour la responsable des grosses pièces, couteau de précision pour le préposé aux bois du cerf, chacun sur sa moitié de tapis, c’était parfait. On ne s’est même pas enguirlandés, signe que ce DIY était tout à fait à notre portée.
A noter, le petit couteau est aussi très pratique pour ôter les aspérités / défauts de découpe en cas de changement de cap du gros cutter (le papier de verre étant à éviter soigneusement : j’ai testé, ça abîme les alvéoles de la tranche du carton ; c’est moche).

Assemblage

On a réduit l’épaisseur des encoches à 3 mm environ et avons assemblé tous les éléments. Et, en toute modestie, on plutôt impressionnés par le résultat. Il manquait simplement un support – plus pratique pour fixer le cerf au mur et pour accentuer le côté trophée de la bête : on a adapté celui-ci en l’agrandissant un peu.

Attention

Sur chaque profil (deux pièces identiques) il y a une face avec le logo de Déménager Seul. On les a mis du côté où on ne circule jamais pour les voir le moins possible. Cela dit c’est discret.
Sur le bois droit, on n’a pas pu éviter le pli préformé du carton… impossible de faire autrement. Ce n’est pas non plus flagrant.

Conclusion

Pour une première, on est contents. Le rendu nous plaît, on est dorénavant équipés pour les loisirs créatifs, on est motivés pour faire d’autres bricoles de ce style, et en bonus, notre fille adore. Et chante « dans sa maison un grand cerf » à longueur de journée. Et nous aussi par conséquent.

A propos de l'auteur

Trentenaire pour quelques petites années encore, lyonnaise d'adoption, maman de deux enfants, en quête perpétuelle de bons plans pour se simplifier la vie !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

*