Une poussette évolutive

Avant que notre aînée ne naisse, nous avions acheté une poussette Trio Streety Plus de Bébé Confort.
Un châssis et trois types d’assises évoluant avec le bébé, c’était tout à fait pratique :

  • une nacelle pour avoir son bébé bien à plat, avec les attaches nécessaires pour pouvoir fixer le couffin sur les sièges-arrirère de la voiture
  • un maxi-cosi faisant aussi office de siège-auto premier-âge
  • un hamac inclinable pour une position assise ou semi-allongée si nécessaire.

Mais… mais la poussette ne rentrait pas en l’état dans notre mini-ascenseur (nous la descendions donc pliée et faisions le montage dans le hall), et d’autre part, elle allait rester tout la journée dans le couloir de l’immeuble de la nounou (ouvert aux quatre vents avec deux médecins qui exerçaient au même endroit)… A plus de 400€ la poussette, ça nous ennuyait de la laisser à dispo.

Une poussette-canne

Alors on a acheté une poussette-canne. Plus menue, moins chère, avec une bonne remise (prix autour de 150€) : une poussette-canne Mila, de Bébé Confort aussi.
Elle entre dans notre ascenseur (au cheveu près), passe les portiques du métro, et surtout elle est livrée avec des adaptateurs pour pouvoir fixer le maxi-cosi de la Streety sur son châssis. Ces compatibilités entre poussettes nous ont vraiment séduits et nous rendent vraiment service. Le switch entre les sièges se fait en 5 minutes montre en main.
Selon les trajets, on choisit l’un ou l’autre châssis, l’une ou l’autre assise (hamac de la Mila ou maxi-cosi de la Streety).

Une planche à roulettes

Puis on a eu notre petit dernier.
18 mois d’écart entre les deux enfants, et donc une aînée qui marchait mais sur de petites distances, et toujours le même petit ascenseur.
Alors on a fait l’acquisition d’une planche Buggy Board de Lascal.
Les versions maxi et mini s’adaptent à tous les types de poussettes ; le site est bien fait, il suffit de rentrer le modèle de sa poussette pour s’assurer de la compatibilité et connaître les modalités de montage propres à son matériel préexistant.
C’est franchement nickel, la planche se fixe en effet sur chacun de nos châssis, notre fille apprécie tout-à-fait cette configuration, et le système se range aisément. Un crochet permet de relever la planche et de l’accrocher à la verticale contre la poussette quand on ne s’en sert pas. La planche peut aussi se détacher de la poussette en cas de besoin : plier et ranger la poussette dans le train, le coffre, le hall de la bibliothèque… Les fixations restent accrochées au châssis et la planche se décroche en deux temps trois mouvements. Le système se remonte en un temps record, sans qu’il soit nécessaire d’avoir son tournevis en permanence dans son sac à main.

Ça plus un porte-bébé et je suis en capacité de gérer plein de combinaisons différentes.

Et quand on est tous les deux en balade avec les enfants, on peut même se permettre d’être en mode convoi exceptionnel avec une poussette chacun… mais en file indienne sur les trottoirs étroits, hein, on ne fait pas non plus nos pénibles ;)

A propos de l'auteur

Trentenaire pour quelques petites années encore, lyonnaise d'adoption, maman de deux enfants, en quête perpétuelle de bons plans pour se simplifier la vie !

2 Responses

  1. Morgane

    Bonjour et merci de cet article.
    nous sommes exactement dans la même configuration (même poussette streety plus) et nous hésitons à acheter la planche mini ou maxi, avez-vous un conseil ?
    Est ce que cela fonctionne bien avec la nacelle ?
    En vous remerciant par avance de votre réponse

    Répondre
  2. Mon petit doigt m'a dit

    Bonjour Morgane, merci à vous pour votre commentaire ! Nous avons choisi la version maxi pour que notre « grande » ait plus d’espace pour poser ses pieds (car elle ne reste pas statique pendant les trajets et a tendance à changer ses appuis). Je n’ai jamais testé avec la nacelle, seulement avec le maxi-cosi… A noter, avec la Streety, notre fille (80 cm à l’époque) avait les bras très tendus en l’air (en mode petit chimpanzé) pour pouvoir se tenir à la poussette. C’était plus confortable pour elle d’avoir la planche accrochée à la Mila.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

*