Un billet vite fait en passant : hier soir je suis allée voir le spectacle de Nora Hamzawi avec une copine, et qu’est-ce qu’on a ri !

Une sortie improvisée le matin-même

Ca faisait deux jours que je me levais du pied gauche, et avant de virer complètement rabat-joie, je décide d’inverser la vapeur. Un tour sur BilletRéduc : je vois que Nora Hamzawi passe à Lyon le soir-même ; une ampoule s’allume : j’avais vu passer des commentaires très positifs sur son spectacle à Paris il y a quelques mois ; une réduction substantielle (-43%) : il n’en fallait pas plus pour me convaincre et je suis sur les starting blocks. Un texto à base de « t’as un truc de prévu ce soir ? », un « banco » qui arrive dans la foulée, et me voilà en train de passer commande. Et à filer à la Corep avec ma clé USB parce qu’évidemment, l’imprimante n’avait plus d’encre, mais peu importe, j’étais revenue dans de bien meilleures dispositions, d’une parce que je frétillais comme un gardon à la perspective du spectacle, de deux parce que je me sentais l’âme d’une championne olympique après avoir brillamment réussi à acheter 2 places sur les 10 restantes (et donc grosse pression au moment de la réservation, ce n’était pas le moment de passer trois heures à retrouver mon mot de passe ou de saisir n’importe comment mon numéro de CB douze fois de suite).

Un miroir désopilant

Le one-woman-show de Nora Hamzawi, c’est un spectacle plein d’auto-dérision où les situations s’enchaînent à un rythme fou, avec un débit de parole impressionnant.
On la suit dans son quotidien de trentenaire, on la suit dans les méandres – tortueux – de son cerveau, on rit de ses phobies, on rit de ses contradictions, on rit de sa mauvaise foi, on rit de son grain de folie, on rit surtout parce que Nora, c’est nous. Enfin, une chose est sûre, Nora, c’était au moins mon acolyte et moi, à en croire les 58 clins d’oeil qu’on s’est échangés à chaque fois qu’on se reconnaissait dans une situation.
Et ça fait du bien, d’une, de voir qu’on n’est pas seule à avoir un esprit complètement alambiqué, et de deux ça fait du bien de passer une heure à glousser, à rire en mode play-back AVEC larmes aux yeux, fou rire oblige, et d’aller boire un verre après pour continuer à rigoler.
Et c’est frais, c’est enlevé : vraiment vivifiant ! De quoi déconnecter tout en ne voyant pas le temps passer : un vrai bon moment.

Alors, si Nora Hamzawi passe dans votre secteur, un conseil, allez-y ! Et pour une soirée entre copines, c’est fortement recommandé :)
Plus d’infos ici : www.cheznora.frFanPage

A propos de l'auteur

Trentenaire pour quelques petites années encore, lyonnaise d'adoption, maman de deux enfants, en quête perpétuelle de bons plans pour se simplifier la vie !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.