Chez nous, il y a deux types de livres qui ont la cote : les livres musicaux et les imagiers.

Les imagiers pour enfants :

J’ai commencé par acheter un imagier sur les animaux quand ma fille avait un an ; j’en voulais un réaliste (avec des photos plutôt que des illustrations), assez fourni et varié. J’ai opté pour celui des éditions Larousse.
Ca a été un franc succès : feuilleter l’imagier est vite devenu le petit rituel du soir, et à ce jour, ma fille nous surprend à reconnaître une bonne tripotée d’animaux et/ou à en imiter un certain nombre.
Tant et si bien que nous avons complété la collection avec les imagiers des Petits, des Animaux de la ferme, de la Maison et des Vacances.
Celui de la Maison est précieux : je fais le lien avec notre propre environnement, et j’ai l’impression que ça nous aide vraiment à se comprendre (une phrase comme « Va chercher ta poupée sur la table basse et pose -là sur le canapé s’il te plaît » est suivie d’effet par exemple).
Et pour les parents, c’est bien pratique. Pas besoin de se creuser la cervelle pour savoir quels objets présenter, on se laisse porter par les pages, et c’est parfait.

Les livres musicaux :

La première fois qu’on a acheté un livre musical pour notre fille, c’était sur un malentendu.
On imaginait qu’il s’agissait d’un livre accompagné d’un CD.
Et là grosse déception : c’était un petit bouquin ultra épais avec sur chaque double page une puce électronique qui permet aux petits doigts de lancer la chansonnette.
On s’est dit que c’était sacrément alambiqué, pas très intuitif et que les chansons seraient tributaires de la dextérité (ou de la maladresse) de la principale intéressée.
Et en définitive, ça a été un vrai succès.
D’une part nous étions de vrais rabat-joie, car il s’avère que le système de puces pour lancer les comptines a vite été compris. Et d’autre part, ce dispositif est très pratique car il nous affranchit de brancher le lecteur CD : l’enfant joue les chansons qu’il veut dans l’ordre qui lui plaît, à la fréquence qui lui plaît sans avoir à nous solliciter : il gère.
Nous avons Mes Chansonnettes et Mes Comptines de la collection Mes Petits Imagiers Sonores de Gallimard.
Les piles ont bien tenu le choc, et pourtant Dieu sait qu’elles sont sollicitées. A ce jour, nous les avons changées une fois en un trimestre je dirais. Pour éviter tout drame, nous en avons fait un stock chez Amazon (les moins chères que nous ayons trouvées pour le moment, à moins de 3€ les 10 piles LR1130)

Découvrir de nouveaux livres ?

Comme nos choix ne sont pas toujours couronnés de succès, dorénavant, on teste des types de livres à la bibliothèque : ceux qui sont troués pour passer son pouce à travers les pages et rendre la lecture participative, ceux où il faut trouver des petits personnages cachés, ceux qui apprennent les textures, les mimiques…
Je ne sais pas si c’est le cas de partout, mais à Lyon, l’inscription des enfants  à la bibliothèque municipale est gratuite, ce qui nous a agréablement surpris. Alors on laisse notre petite feuilleter, s’intéresser, faire ses choix, et on en prend bonne note !

A propos de l'auteur

Trentenaire pour quelques petites années encore, lyonnaise d'adoption, maman de deux enfants, en quête perpétuelle de bons plans pour se simplifier la vie !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.